L’indice de masse corporelle ou IMC permet de déterminer la corpulence d’une personne. Cet indice de masse corporelle se calcule en fonction de la taille (en mètres) et du poids (en kilogrammes). Il n’est correctement interprétable que pour un adulte de 18 à 65 ans.

Calculez votre IMC en complétant les champs ci-dessous

Les différents indices de l’IMC

  • + de 40 : obésité morbide ou massive
  • 35 à 40 : obésité sévère
  • 30 à 35 : obésité modérée
  • 25 à 30 : surpoids
  • 18.5 à 25 : corpulence normale
  • 16.5 à 18.5 : maigreur
  • – de 16.5 : famine

L’IMC expliqué par l’OMS

De 20 à 24,9 le taux de mortalité est le plus bas

Selon une étude faite sur 1,46 million de personnes  de 19 à 84 ans, c’est lorsque l’IMC est compris entre 20 et 24,9 que le taux de mortalité est le plus bas.

Au delà de 20, le risque de maladie augmente

Lorsque l’IMC augmente de 20 à 30 kg/m2 , il y a une relation de proportionnalité entre le poids et l’hypertension artérielle, les maladies coronariennes et le diabète de type 2.

En clair : une personne possède un IMC de 20kg/m2 (vous pouvez faire le calcul de votre IMC sur cette page). Cette personne présente a priori moins d’hypertension artérielle (toutes autres considérations égales) qu’une personne qui aurait un IMC de 26kg/m2.

A partir de 25, le taux de mortalité augmente chez les jeunes (moins de 30 ans)

Pour les personnes de moins de 30 ans, dès que l’IMC dépasse 25kg/m2, le taux de mortalité est en hausse. En clair dès que le surpoids est atteint. Toutefois, lorsqu’une personne est en surpoids, son taux de risque relatif face à la mortalité n’est en augmentation que de 13% par rapport aux individus qui se trouvent en situation de corpulence normale.

A partir de 28, le taux de mortalité augmente chez tout le monde

Dans tous les cas, à partir d’un IMC au moins égal à 28kg/m2, le taux de mortalité est en hausse (sauf pour les personnes âgées de plus de 85 ans, chez qui l’IMC ne s’applique de toutes manières que très peu).

  • Pour les personnes atteintes d’obésité de classe I (IMC entre 30 et 34.99) le risque est 44% plus élevé.
  • Pour les personnes atteintes d’obésité de classe II (IMC entre 35 et 39.99) le risque est 88% plus élevé.
  • Pour les personnes atteintes d’obésité de classe III (IMC au delà de 40) le risque est 151% plus élevé.

A partir de 35, dans certains cas, la chirurgie bariatrique peut être une solution

Les individus ayant un IMC supérieur à 35 et faisant état d’une comorbidité pouvant être atténuée après la chirurgie (par exemple une hypertension artérielle, etc.) peuvent faire l’objet d’une opération bariatrique (chirurgie de l’obésité).

Les patients ayant un IMC supérieur à 40, sans forcément rassembler la condition d’une comorbidité, peuvent faire l’objet d’une opération bariatrique. Toutefois ce genre d’opération est soumis à une décision collégiale du corps médical. Attention, d’autres critères doivent toutefois être remplis pour bénéficier d’une telle opération (risque opératoire acceptable, etc.). De plus les opérations bariatriques ne sont envisagées qu’à la condition que tous les traitements préalables aient échoués.

Parmi les opérations bariatriques qui sont généralement proposées il existe :

  • La sleeve gastrectomie
  • Le bypass gastrique