Mettons nos chaussures de sport et suivons les traces de Virginie Foucault, une athlète calédonienne qui revient avec une 4ème place dans la catégorie « athletic physique » aux Championnats du monde de Body-Building 2012 présentés à Bangkok, en Thaïlande . Elle nous fait cadeau d’une tranche de vie, la sienne en l’occurrence.

Je m’appelle Virginie Foucault, j’ai 42 ans, je suis fleuriste à Nouméa depuis une vingtaine d’années, je suis aussi mère de famille et épouse avant tout, mais également sportive puisque je m’entraîne deux heures par jour, quatre à cinq fois par semaine et en préparation de compétition, ça sera cinq fois par semaine. Je travaille régulièrement deux groupes musculaires par séance, je fais des entraînements sur un cycle de trois mois en travaillant d’abord la masse musculaire puis la définition musculaire vers la fin, pour se présenter au concours. Et pour tout ça, j’ai la chance d’avoir un coach sportif qui s’occupe de mon entraînement, qui m’explique tout et qui me permet d’améliorer mes points faibles. Moi, je ne fais que suivre le mode d’emploi du mieux que je peux ! Au quotidien, j’aurai tendance à aller toujours plus loin et augmenter les poids mais mon coach est là pour m’encadrer : c’est vrai que c’est un avantage d’avoir un mari coach sportif, même si ses conseils sont les mêmes pour tout le monde, je sens quand même plus de réactivité de sa part quand j’ai un problème ou lorsqu’il me pousse vers ce que j’aime : hé oui, j’aime travailler lourd ! Bien sûr, ça ne veut pas dire qu’on parle de muscu dès le petit-déjeuner, loin de là ! En fait, on travaille par cycle et on se fixe des objectifs, tous les trois mois, on change de programme puisque le corps s’habitue à tout mode d’entraînement et je peux alors lui faire part de mes préférences ou de ce que j’aime le moins… Concernant l’alimentation, je ne suis pas au régime pendant toute l’année, je ne fais attention qu’à une seule chose : le taux de protéines qui m’est nécessaire par rapport à mon poids de corps et ma discipline. Ce qui équivaut à 120 g selon la période et à bien répartir sur la journée. Si je veux progresser, il faut que je fasse une prise de poids et là, on augmente les protéines et les glucides pour avoir plus de force à l’entraînement. A l’inverse, pendant les trois mois de préparation au concours, on va réduire principalement les glucides et réajuster les protéines pour être sûr de ne pas cataboliser…

L’effet non désiré étant de consommer plus de muscle que de graisse pendant l’effort. Ensuite pour mon régime, je vais privilégier les féculents pas trop transformés comme les patates douces, le riz, ou des pâtes avec des œufs, du poulet ou du bœuf mais aussi du thon. Je prends également des compléments protéinés sous forme de shake, tout simplement parce que c’est plus facile  emmener sur mon lieu de travail ! En 2012, j’ai eu cette belle opportunité de me présenter aux championnats du monde à Bangkok alors que pour cette année, j’avais envie de prendre du repos, suite à une préparation très éprouvante pour les Jeux du Pacifique où il a fallu enchaîner des figures athlétiques- physiques, mais comme je ne conçois pas de prendre trop de repos, j’ai quand même fait mon sport en salle pendant toute l’année ! Dans notre discipline sportive, nous nous entraînons toute l’année pour « prendre de la masse », c’est une expression pour dire qu’on va manger beaucoup, pour favoriser la prise de muscle, mais la vérité c’est qu’il s’agit surtout d’une période de « gavage » où le but est d’élever son poids au maximum pour qu’une fois atteint, on redescende à un taux de gras minimal pour accentuer la définition musculaire ou rendre le muscle plus apparent. Dans cette phase, je peux monter jusqu’à 10 kg environ mais certains bodybuilder peuvent prendre jusqu’à 20 kg de plus.

C’est dans ce cadre que les pratiquants de la musculation disent qu’il est aussi difficile de grossir que de maigrir, on mange souvent, en petite quantité et sans faim. Quand vient le moment de commencer suivre un régime de sèche huit semaines avant la compétition, je divise par trois la ration alimentaire : et là je perds mon excédent de poids. Je fais aussi du cardio comme du vélo, de la course ou de l’elliptique, environ 20 mn le matin et 20 mn le soir, tout cela en plus de l’entraînement quotidien car c’est un travail de brûle graisse et pas trop de résistance. C’est quelque chose que j’aime bien ! J’ai toujours aimé l’effort, le dépassement de soi. Même si très jeune, je n’aimais pas forcément le sport, j’ai appris à aimer cette sensation et le mieux-être qui vient après. Maintenant je suis devenue carrément addict au sport ! J’en suis venue à la muscu parce qu’avant je faisais des raids, mais suite à une blessure au genou, je me suis orientée vers le sport en salle pour ma rééducation et ça m’a bien plu. A côté de tout ça, j’ai ma vie de famille bien sûr : mon fils et mon mari tiennent une grande place dans mon emploi du temps, je prévois mes exercices sur des moments qui ne les dérangent pas même si je dois me lever plus tôt, et je m’arrange aussi pour faire du cardio à la maison ou des entraînements en salle avec mon fils quand il est en vacances ! Monter sur scène est très difficile pour moi, même si ça ne dure que quelques instants car je suis plutôt introvertie, par contre j’adore toute la préparation physique avant le concours qui est un travail sur la durée.

Enfin avec le temps, je deviens plus sereine avant de rentrer sur scène… Et je me suis aperçue que la muscu c’est aussi un sport de vieux et que j’ai encore quelques belles années devant moi !

Catégories : Blog

Articles similaires

Blog

Une approche multidisciplinaire, seul traitement efficace sur le surpoids et l’obésité

Le surpoids et l’obésité sont des problèmes complexes, rendant leur traitement difficile et généralement frustrant tant pour les patients que pour les soignants, en raison d’un haut risque de rechute. En effet, les régimes seuls sont le Lire la suite…

Blog

Les kilos des stars

Avez-vous vu récemment des photos de Christina Aguilera ? La star de « The voice » aime la malbouffe et elle en paye aujourd’hui les conséquences avec son surpoids, mais ce n’est pas un scoop à Hollywood qui regorge Lire la suite…

Blog

Reprise du sport après un arrêt

Trop de travail, débordée avec les enfants, ancien sportif blessé : vous êtes nombreux et nombreuses à avoir été contraints d’arrêter la pratique du sport pendant plusieurs mois voire des années. Est-ce qu’on reprend rapidement et facilement le muscle perdu ? Lire la suite…